>>Lgumineuses (fabaces).

9 juillet 2021
Cooperaction.org 

Yves GILLE - M'écrire

Le livre "Les lgumineuses pour des systmes agricoles et alimentaires durables" (469 pages. dition 2015) prsente une tude trs approfondie du fonctionnement biologique et de la place des lgumineuses. C’est une mine d’informations dont nous nous sommes trs largement inspir ci-dessous.
Malheureusement cet ouvrage s’intresse essentiellement la culture en France.

De nombreuses lgumineuses, en particulier celles cultives (soja, haricots, pois, pois chiche, arachide, lentille, luzerne, diffrents trfles, fves...) - et apparemment elles seules - ont la capacit de fixer, par un mcanisme symbiotique complexe, l’azote de l’air et de le transfrer et conserver dans ses parties ariennes (feuilles, graines) et souterraines (moyenne (variable selon les espces) de 30 % de l’azote fix en comptant azote des racines et rhizode ?position [1]). Ceci est trs prcieux dans des rgions o un enrichissement du sol par des engrais artificiel azots ou par des excrments animaux n’est peu ou pas possible pour des raisons conomiques, de pauvret du cheptel, d’organisation de l’agriculture (divagation permanente par absence d’curies).

Les lgumineuses sont donc trs intressantes pour la nutrition de populations l’alimentation pauvre en protines, l’alimentation du btail, et pour enrichir les sols en y laissant le systme racinaire (d’o un moindre intrt des arachides de ce point de vue puisque rcoltes par arrachage [2]).
Les prote ?ines des graines de le ?gumineuses contiennent tous les acides amine ?s indispensables. Elles sont riches en lysine et donc tre ?s comple ?mentaires des ce ?re ?ales et des graines dole ?agineux. Cependant, la pauvret en acides amine ?s soufre ?s, tels que la me ?thionine, doit e ?tre corrige ?e par quelques apports animaux (poisson, viande, laitages).

La fixation biologique de lazote est un processus mtabolique exclusivement ralis par les organismes procaryotes [3] : certaines bactries et cyanobactries libres dans le sol ou leau, et les bactries symbiotiques des lgumineuses. Elles captent l’azote (N2) gazeux arien et le transforme en ammoniac (NH4) assimilable par le plantes.

La teneur en protines des graines va de 23 % (pois) 42 % (soja) de la matire sche. En comparaison elle est de 10 % 15 % pour les crales comme le bl mais seulement s’il est bien fertilises en azote.

En France, parmi les le ?gumineuses a ? graines, le pois, le pois chiche, la lentille et le soja ont des taux de fixation moyens d’azote de lordre de 60-70 % de leurs besoins mais celui-ci varie en fonction des concentrations d’azote (NH4) disponible dans le sol. Le haricot se distingue par des taux de fixation moyens plus faibles (autour de 40 %) et la fe ?verole et le lupin par des taux moyens plus e ?leve ?s (autour de 75 %). Les le ?gumineuses fourrage ?res (tre ?fle, luzerne...) pre ?sentent des taux de fixation moyens encore plus e ?leve ?s, autour de 90 %. La re ?ussite de la fixation est par ailleurs conditionne ?e a ? la pre ?sence de bacte ?ries symbiotiques efficientes dans le sol. Ainsi, alors que les cultures de le ?gumineuses dorigine tropicale (soja) ne ?cessitent une inoculation au semis, le pois, la fe ?verole, le lupin et les le ?gumineuses fourrage ?res trouvent en ge ?ne ?ral dans les sols franc ?ais des souches indige ?nes de bacte ?ries qui leur sont adapte ?es. Toutefois, pour dautres espe ?ces (lupin, luzerne), une inoculation peut save ?rer be ?ne ?fique dans certaines conditions de pH ou sur des parcelles nayant pas he ?berge ? ces cultures depuis longtemps.

de rares exceptions prs comme la culture de haricots, il nest pas ncessaire de fertiliser les cultures de lgumineuses (pois protagineux, fverole, lupin, lentille, luzerne, trfle, soja, etc.).

De nombreuses varits de lgumineuses sont cultives en Afrique et sont particulirement rpandus (donc bien maitrises par de nombreux cultivateurs). En particulier, outre l’arachide :
- les haricots nibs (Vigna unguiculata subsp. unguiculata). Ils sont annuels. Il en existe un certain nombre de varits.
Les gousses vertes sont utilisables en septembre, priode de soudure [4]. La vente des gousses apporte des revenus montaires. Les gousses sches des varits tardives sont rcoltes partir d’octobre.
- Les pois ail (Psophocarpas tetragonolobus). Ils contiennent environ 35 pour cent de protines, donc beaucoup plus que les pois et haricots ordinaires.
- Les pois d’Angola (Cajanus cajan ou Cajanus indicus), plutt cultivs en Afrique de l’est. C’est une plante vivace qui a de profondes racines et qui rsiste bien la scheresse.


notes

[1Lazote souterrain dune culture est celui contenu dans son syste ?me racinaire plus la "rhizode ?position" laquelle est la libe ?ration d’azote dans le sol (dcomposition, excrtion...). La proportion d’azote racinaire/rhizodposition serait de 1 pour 2 mais les mesures sont difficiles raliser prcisment.

[2Les graines d’arachide se dveloppent d’abord comme tous les pois puis s’enfouissent

[3Les procaryotes, par opposition aux eucaryotes, sont les organismes n’ayant pas un noyau dlimit par une membrane, donc les bactries

[4Monent o les rserves sont quasi vides et les nouvelles rcoltes non encore disponibles (entre octobre et dcembre)



site cooperaction ©  Vers Haut de la page  | http://www.cooperaction.org |  © Site créé par  Auteur site Claude Colonna